ASIEINDE DU SUD

INDE DU SUD

Visage de l'Inde du Sud

MON VOYAGE EN INDE DU SUD

J’ai déjà eu la chance d’effectuer plusieurs voyages en Inde du Sud mais je n’avais pas de blog à l’époque. Alors, aujourd’hui, je souhaite vous faire partager mon expérience et vous expliquer quels ont été les préparatifs de mon voyage en Inde du Sud où je serai avec mon mari et mon beau-frère du 29 mars au 18 avril 2018. Comme à mon habitude, j’organise moi-même mes voyages. Sachez que je peux aussi vous conseiller, si vous le souhaitez, sur la façon dont vous pouvez organiser les vôtres. Je ne vais pas m’étendre à vous donner toutes les indications que vous trouverez déjà sur les guides professionnels, comme Le Petit Futé, que j’utilise beaucoup parce que, comme son nom l’indique, ce guide, en plus de vous donner l’essentiel à connaître sur votre destination, est très futé puisqu’il vous communique les adresses des endroits les plus sympathiques, insolites et au meilleur rapport qualité/prix. Je vais plutôt vous faire partager mon expérience avant le départ et au quotidien sur place. Donc, dans les prochains articles, que je posterai au fur et à mesure de mon périple en Inde du Sud, j’essaierai de vous faire voyager avec moi pour vous apporter :

  • des conseils si, vous aussi, vous avez l’intention de préparer vous-même votre voyage
  • du rêve si vous préférez voyagez de façon virtuelle

Que faut-il savoir avant de partir ?

Un voyage en Inde du Sud se prépare longtemps à l’avance. Il faut se préparer moralement à vivre une aventure qui ne ressemble en rien à tout ce que l’on connaît dans nos pays européens parce que l’Inde est un pays incroyable qu’il faut avoir vu pour le ressentir, le palper et le comprendre. Ensuite, il faut bien sûr se préparer “techniquement”, à savoir :

  • rechercher un billet d’avion au tarif le plus intéressant
  • effectuer les formalités d’usage : passeport à jour, visa
  • réfléchir sur la façon dont on souhaite se déplacer
  • imaginer son programme jour par jour
  • réserver des chambres d’hôtels
  • prévoir sa petite pharmacie

Le billet d’avion

Chacun a sa technique pour rechercher des billets d’avion au tarif le moins cher. Bien sûr, il faut prendre en considération la date de départ : période de forte affluence comme les vacances scolaires en France avec des prix de billets qui flambent, climat sur place à la date du départ, vos impératifs, etc., …

Pour ma part, j’ai connu toutes sortes de circonstances qui ne m’ont pas toujours permis de voyager à moindre coût mais quelle que soit votre situation, j’ai une technique pour mes recherches de billets d’avion, elle vaut ce qu’elle vaut, je vais quand même vous la dévoiler :

  • Une fois mes dates approximatives choisies, je vais sur le site google flight, je renseigne ma destination, et, à gauche du calendrier je regarde les prix qui s’affichent en-dessous de chaque date. Pour plus de précisions, je choisis mes dates approximatives ensuite, je clique sur le lien “graphique des prix” et cela vous donne le prix le plus intéressant autour de vos dates. Si vous pouvez vous adapter au meilleur tarif possible à vos dates, c’est jackpot !
  • Après cette première étape (attention, il faut bien aller jusqu’au bout de la démarche pour connaître le prix final et la compagnie ou l’agence en ligne qui pratique ce tarif), je vais directement sur le site de la compagnie aérienne en ouvrant un autre onglet. Le plus souvent, il s’avère que le tarif final est plus intéressant avec l’avantage de passer par une compagnie aérienne qui ne vous dira pas, en cas de problème : “voyez cela avec l’organisme auprès duquel vous avez réservé le billet”.

J’avoue, cette fois-ci, après avoir effectué ces recherches, j’ai préféré m’adresser à un professionnel spécialisé dans les voyages en Asie et notamment en Inde du Sud ou ailleurs en Inde : l’agence Atlanta Travels qui est située à Paris 10è au 21 de la Rue Perdonnet. Ils arrivent à vous autoriser 2 bagages de 23 Kg en plus d’un bagage à mains et ils vous attribuent déjà vos sièges sans que cela vous coûte plus cher.

Les formalités d’usage

Il faut bien évidemment posséder un passeport en cours de validité et encore valable 6 mois après votre séjour.

Il faut également et absolument présenter un visa. Pour ma part, j’ai demandé à Atlanta Travels de s’en occuper pour nous. Ils prennent 10€ de commission par demande mais au moins, vous êtes sûrs de ne pas commettre d’erreur. Les douaniers indiens sont très procéduriers et vous avez tout intérêt à ce que vos documents de voyage soient bien conformes. Si vous souhaitez effectuer la démarche par vous –mêmes, vous pourrez trouver toutes les instructions sur le site de l’organisme officiellement accrédité par l’Ambassade de l’Inde en France pour l’obtention de tous types de visas pour l’Inde.

Choisir comment se déplacer

Alors ? Comment se déplacer une fois arrivés en Inde ? Tous les moyens de transports existent ici : le vélo, le rickshaw, le taxi, la voiture de location (mais je vous déconseille vivement de conduire en Inde, c’est extrêmement dangereux que ce soit en Inde du Sud, du Nord ou du Centre), le train et les vols intérieurs (là aussi, les prix des billets ne sont pas excessifs).

Nous avons opté, comme nous l’avons fait pour tous nos voyages en Inde du Sud, pour la voiture privée avec chauffeur. Je vous entends déjà : “elle a les moyens ! Ça n’est pas pour nous !” Détrompez-vous : avoir un véhicule et un chauffeur particulier en Inde du Sud n’est pas un luxe, du moins pas pour les porte-monnaie européens.

Imaginer son programme jour par jour

Il ne faut pas oublier que les distances sont longues et que la circulation est particulièrement dense en fonction des heures auxquelles vous roulez et des villes que vous traversez. Il faut donc prévoir de faire environ 200 km à 300 km maximum par jour et aménager des temps de pause pour le chauffeur. Toutefois, ici, la norme d’un repos toutes les 2 heures n’est pas du tout respectée. Parfois, il faut 1 heure pour parcourir 50 km.

INDE DU SUD
Visage de l’Inde du Sud

Voici donc mon programme prévisionnel :

Nous allons d’abord nous poser 6 jours à Pondichéry : ancien comptoir français, cette ville avait gardé lors de mon dernier passage, le charme suranné des villes coloniales. Je pense que cela a dû changer depuis mais je sais qu’il y a encore quelques personnes qui parlent français dans cette ville d’Asie qui a pris pourtant son indépendance depuis 1954. Dans un prochain post, je vous ferai un compte-rendu de mon séjour dans cette ville. Ensuite, nous prendrons un vol intérieur pour Goa afin d’y rester 4 jours pour visiter cet ancien comptoir portugais. Un nouveau vol intérieur nous emmènera à Bangalore où vient nous chercher un chauffeur qui sera parti de Pondichéry pour nous récupérer ici. Direction, le jour-même vers Mysore, puis Cochin, puis Allepey pour passer une nuit dans un houseboat, avant d’entamer un retour progressif vers Pondichéry via Munnar et Kodaikanal.

Après 3 jours de repos à Pondichéry

pour se remettre de ce périple, mon mari et moi seulement partirons vers Colombo en vol international Chennai/Colombo pour passer 6 jours au calme dans l’agréable ville de Koggala où nous attend notre guide professionnel et néanmoins ami, Anura. Ce sera une autre histoire que je vous raconterai dès mon arrivée sur place. Le site d’Anura est en Allemand mais si vous allez dans la rubrique “Kontact”, vous pouvez lui écrire en Anglais. Si vous ne parlez que le français, je peux vous aider à entrer en contact avec lui.

Réserver des chambres d’hôtels

Il y a environ 15 ans, date à laquelle remonte mon dernier voyage, nous avions décidé de choisir nos hôtels le matin en arrivant dans chaque ville. C’est une solution possible d’autant que, parfois, le prix peut s’avérer plus intéressant et la négociation plus ouverte dans ce cas-là. L’ennui, c’est que parfois vous perdez beaucoup de temps à ce petit jeu.

Par chance, le beau-frère avec lequel nous partons cette année a pu réserver avec des amis qu’il connaît à Pondichéry pour le temps de notre séjour là-bas un appartement avec salon, séjour, cuisine et 2 chambres entièrement équipées chacune d’un W.C. et d’une salle de bains privatifs, le tout climatisé : le grand luxe ! Sauf que cela ne coûte que 15 € par nuit pour un couple. Je pense que l’agence de voyages est en mesure de vous mettre en relation avec des personnes sérieuses.

Pour la suite une fois mon programme décidé, j’ai opté cette fois-ci pour la facilité en recherchant mes hôtels sur Booking.com pour profiter des avantages du paiement sur place avec la chambre qui reste disponible jusqu’à notre arrivée.

Prévoir sa petite pharmacie

En dehors de vos médicaments courants (si vous en prenez), et des classiques anti-diarrhéiques et reconstituants de flore intestinale que je vous laisse le soin de demander à votre médecin, je préfère, pour ma part, prendre un traitement antipaludéen. J’utilise le générique de la Malarone : Atovaquone/Proguanil que l’on trouve à un prix défiant toute concurrence dans une pharmacie du 6è arrondissement de Paris (mais là encore, seul votre médecin sera juge de vous le prescrire puisque ce médicament n’est délivré que sur ordonnance). Pour les adeptes de l’homéopathie, j’ai déjà essayé le Ledum Palustre 5ch, j’en ai pris 3 granulés par jour le matin, cela a pour conséquence d’éloigner les moustiques mais n’oubliez pas de rajouter un spray répulsif dans vos bagages et : ne vous soignez jamais seuls ! Prenez quand même les indispensables : antispetique, sparadraps, … Pensez à rajouter une ou deux vieilles paires de chaussettes  pour la visite des temples et un rouleau de papier toilette.

Vous voulez me suivre en Inde du Sud ?

C’est parti ! Pour le jour du départ, c’est ici !

Leave a Response

error: Content is protected !!